Oisans -

Clip immensité

© Rallye-raid Aïcha des Gazelles du Maroc

L’Oisans soutient l’équipage de la Team Gazella Oisans qui participe au Rallye-raid Aïcha des Gazelles du Maroc du 16 au 31 mars prochain


 

 

 

Le Rallye-raid Aïcha des Gazelles du Maroc se déroule dans les parties désertes du Maroc du sud. Sa particularité ? Il est le seul Rallye-Raid hors-piste 100% féminin au monde et le seul rallye-raid a être certifié norme ISO 14001 , sans GPS  avec une navigation à « l’ancienne » c’est à dire avec une carte et une boussole. Les maîtres mots sont: le courage, la détermination, la tolérance, la solidarité et la persévérance.  Catherine Ostermann et Sylvie Espinasson sont respectivement pilote et navigatrice de la Team Gazella Oisans  et lorsque l’on connaît les valeurs qui font la réputation de ce rallye-raid, forcément, j’ai voulu en savoir un peu plus sur cet équipage qui en plus va porter les couleurs du territoire Oisans sur son 4X4.

Catherine et Sylvie, un petit mot sur vous deux? Catherine : Nous sommes toutes les deux cadres au Ministère de l’Action et des Comptes Publics. Cette profession n’a pas du tout été un frein pour moi d’assouvir mon goût des voyages et de l’aventure, au contraire !  J’ai beaucoup bougé … 15 déménagements ! Petites communes, villes moyennes, grandes villes, capitales …même de Paris à Dakar . Et le sport est un moyen idéal pour s’adapter à l’endroit où l’on vit alors qu’on n’y est pas né : le squash à Paris, la plongée à Mayotte, le vélo et la course à pied à Amsterdam , les galops au bord de mer au Sénégal…Et bien sûr, depuis que je suis dans l’Oisans, le ski et la randonnée  sans oublier les courses d’endurance équestre avec mon pur sang arabe. Ici, je ressens vraiment la magie des montagnes !

Sylvie :  Je suis maman de deux grands garçons. Moi je suis bien partout où je me trouve. Je m’adapte à tout. Je suis née près le la frontière Suisse, et j’ai vécu en région parisienne, en Corse, en Isère… Mer ou montagne, ma préférence va quand même à la montagne !

L’envie de concrétiser ce projet vous ait venu comment ? Catherine : Par hasard ! Non, c’est vrai, moi personnellement, je n’en ai jamais rêvé ! Si ça avait été le cas, il y a longtemps que je l’aurais fait ! J’ai souvent croisé les voitures des Gazelles à Essaouira où je vais régulièrement à cette époque. Mais je n’imaginais pas être capable de faire ça.

Sylvie :  Et bien un jour une «  connaissance » m’a proposé  de faire ce rallye avec elle. Je la connaissais à peine… j’ai décliné l’offre mais y ai longuement réfléchi : avec qui partirais-je ? Le lendemain au bureau, je proposais à Catherine : «  tu ne ferais pas le rallye Aïcha des Gazelles avec moi ? »

Comment s’est fait le choix de votre binôme ?  Catherine : La réponse découle de la précédente question ! Il a suffit pour moi que Sylvie me mette cette idée en tête. Je ne me suis même pas posé la question si j’avais envie de le faire ou pas avec elle ! C’était une évidence !

Sylvie :  Je suis pragmatique; si je propose à Catherine, c’est que pour moi c’est avec elle que je veux partir. Je n’étais pas sûre qu’elle accepte, mais pour moi c’était une évidence, je ne lui proposais pas de le faire, je lui proposais de le faire avec moi !

Pourquoi ce rallye et pas un autre ? Catherine : Ce rallye est, disons, spécial. D’abord, c’est original ! Le premier rallye raid féminin 100% hors piste. Ensuite, il est fondé sur des valeurs que j’aime bien : le courage, la solidarité, la loyauté, le partage, le dépassement de soi et pas sur la vitesse. Il faut réfléchir, analyser, étudier les cartes pour trouver le meilleur passage, dormir sous la tente dans le désert, et se couper  totalement du monde pendant 10 jours. Mais c’est aussi un rallye qui se passe au Maroc, le pays de mon enfance, celui où j’ai appris à faire du ski ! C’est pour moi une belle façon d’emporter et de relier l’Oisans que j’adore à ce pays où je suis née, et d’une belle façon !

Sylvie : Nous allons participer à la 28ème édition de ce rallye. Il est 100 % filles, écologique ( associé à la fondation Yann Arthus Bertrand ), caritatif ( l’association Coeur de Gazelles y est étroitement lié ). Et puis c’est un véritable défi : de la navigation pure sans aucun élément électronique : de quoi prouver de quoi les femmes sont capables !

Un rallye cela ça se prépare vous en êtes où ? Catherine : Il y a plusieurs aspects dans la préparation de ce rallye : la préparation financière, matérielle, psychologique, professionnelle, et en tout dernier, la préparation à l’épreuve elle même : la navigation, le pilotage et la mécanique . Là, il nous reste plus qu’à faire notre stage de conduite et de mécanique.

Sylvie :  Cela fait maintenant 22 mois que nous nous préparons. Notre première préoccupation a été de réunir les fonds financiers nécessaires. Cela a été l’occasion d’apprendre à gérer un projet et la recherche de financeurs. Nous avons fait de belles rencontres à cette occasion. Pour le reste, nous sommes l’une et l’autre relativement sportives, en bonne santé et surtout ultra-motivées !

Un petit retour d’expérience sur cette préparation ? Sylvie :  Le jour de notre inscription définitive en mars 2017 a marqué le début officiel de l’aventure Chaque fois qu’un nouveau sponsor nous a fait confiance, cela a été une grande joie ! Le plus important de nos sponsors a mis à notre disposition le véhicule, l’équipement, le stage et l’assistance ! Maïenga ( la société organisatrice ) est omniprésente : nous sommes très bien encadrées afin que la préparation se déroule le mieux possible. Et puis, jusqu’au bout nous avons cherché le sponsor pour le covering du véhicule. Nous n’étions pas obligées de décorer la voiture, mais il nous plaisait d’emmener l’Oisans avec nous.  Et au moment où nous allions renoncer ( la totalité du budget covering n’était pas couverte ) un entrepreneur bourcat s’est proposé de prendre le covering à sa charge. L’aventure a commencé en mai 2016… et je crois qu’elle ne se terminera jamais dans nos têtes.

Catherine : Nous sommes prêtes pour la navigation. Les triangulations et les azimuts n’ont presque plus de secrets pour nous ! Surtout pour Sylvie qui est la navigatrice. Nous avons fait un stage de 2 jours à Avignon pour apprendre les principes de base et  des « exercices » sur carte avec des mises en situation assez burlesques pour compliquer les choses. Les résultats sont encourageants ! Il n’y a plus qu’à les mettre en pratique… Et là, on verra bien !…

Le Rallye-raid Aïcha des Gazelles du Maroc c’est aussi de l’associatif par le biais l’association Cœurs de gazelles, vous pouvez nous en dire plus ?  Catherine : Une grande partie des droits d’inscription à ce rallye vont en effet à l’association Coeur de Gazelle qui profite de la course pour passer dans des villages isolés du sud marocain et dispenser des soins, des règles d’hygiène et distribuer les dons des Gazelles.

Sylvie : Lors du rallye, une étape est prévue pour que nous allions nous-même accompagner l’association Coeur de gazelles dans un village et y rencontrer la population. Et puis nous emmenons avec nous 2m3 de dons pour l’association ( essentiellement des jouets offerts par les enfants de l’école de Bourg d’Oisans ), ainsi que des vêtements ( bonnets, gants, mouffles … ) à destination des enfants de l’Atlas. Ces habits sont collectés avec l’aide des choucas d’Auris.

Le mot de la fin Catherine :Dominique SERRA, la fondatrice du rallye, prétend qu’il y a un grain de folie dans toute Gazelle ! C’est vrai, je vous l’assure ! Et nous pensons que tous ceux qui sont entrés dans l’aventure avec nous sont eux aussi un peu fous ! Avec le Kilimandjaro, ça restera une de mes plus belles aventures, c’est sûr ! Sylvie :  C’est juste merveilleux d’avoir cette chance. Et je crois que ce n’est pas un mais au moins deux grains de folie chacune que nous avons ! 

Suivez l’équipage sur Gazelle TV ou en Temps réel